Accueil / Chroniques / Management et développement organisationnel / Avons-nous cette compétence : savoir devenir meilleurs plutôt que d’être bons?

Avons-nous cette compétence : savoir devenir meilleurs plutôt que d’être bons?

De façon générale, les chefs d’entreprise s’entendent sur le fait que, la plupart du temps et à court terme, ils atteignent les objectifs visés. Cette course effrénée peut les amener dans une quête réductrice, alignée seulement sur la réalisation de ce qui est attendu. De plus, il ne fait aucun doute que l’atteinte de résultats a souvent le même effet que la petite tape sur l’épaule qui confirme le fait d’être bon et d’avoir réussi quelque chose. Mais, est-ce suffisant?

En tant que leader, le dirigeant doit stimuler l’envie d’être meilleur et cette envie doit dépasser largement le cadre professionnel de l’organisation. En effet, au niveau de ses relations, le leader doit favoriser les relations authentiques et riches qui permettent une réelle collaboration. Au niveau collectif, le leader doit inspirer l’entraide et le partage. En somme, il doit se demander comment il peut arriver à faire une différence dans sa communauté. Le leader peut montrer aux gens qu’en partageant, il a le sentiment de contribuer à quelque chose de plus grand que lui et que, par conséquent, son sentiment de bien-être s’accentue. Et si le travail et la vie étaient des vases communicants et que les efforts faits pour améliorer la vie faisaient en sorte que les gens subissaient moins la pression causée par le sentiment de devoir atteindre des résultats à court terme? En somme, le leader devrait donner à tous le goût de se dépasser, tant dans l’atteinte de résultats ambitieux que dans le désir de faire une différence dans la vie.

Par son rôle, le leader se doit d’être inspiré et inspirant. C’est par son exemple qu’il a le pouvoir de faire une différence, de motiver et d’influencer les autres. Il ne se contente pas d’être bon dans ce qu’il fait et dans ce qu’il est, il cherche à être meilleur. Il est ainsi capable de se remettre en question en étant à l’écoute des idées et des suggestions. Par le fait même, il connaît ses forces, ses faiblesses et ses limites et cela lui permet d’être authentique. Dans son souci d’évoluer dans son travail et par son exemple, il encourage les autres à se dépasser et à atteindre leur plein potentiel. Il est fier et reconnaît que le travail de chacun a sa valeur propre et que c’est par la somme des efforts de tous que le succès de l’organisation se perpétue.

C’est dans cet esprit que le leader atteint ses objectifs et qu’il aide aussi tous les membres des équipes à atteindre les leurs. C’est aussi dans cette atmosphère de collaboration que les membres ont envie de suivre leur leader.

Et vous, avez-vous envie d’être meilleur?

 

À propos de Catherine Privé

Présidente et chef de la direction de Alia Conseil et associée depuis plus de 20 ans, Catherine Privé est psychosociologue, spécialisée dans l’analyse et le développement des organisations. Fière d’être à la tête de Alia Conseil, qui est aujourd’hui une référence au Québec en développement organisationnel, Catherine Privé travaille continuellement à faire évoluer la firme vers des services novateurs en étant à l’affût des tendances et des meilleures pratiques dans ce milieu de plus en plus compétitif.