Accueil / Académie / Communications / Conseils utiles lors de campagnes menées par des actionnaires activistes

Conseils utiles lors de campagnes menées par des actionnaires activistes

Vous trouverez, ci-dessous, une publication des auteurs Steve Wolosky*, Andrew Freedman, et Ron Berenblat, associés de la firme Olshan Frome Wolosky, qui présente, de façon intelligible, ce que les actionnaires activistes doivent prévoir lorsqu’ils décident de faire inscrire de nouveaux administrateurs sur la liste des candidats aux élections annuelles.

Au cours des dernières années, le phénomène de l’activisme a connu une progression assez substantielle. La gouvernance des entreprises passe souvent par une solide compréhension de ce que les actionnaires activistes cherchent à accomplir.

Les entreprises qui ont des lacunes dans la gouvernance (au conseil) et dans l’efficacité des hauts dirigeants (notamment du CEO) sont beaucoup plus susceptibles d’être la cible des campagnes activistes. Les conseils offerts par la firme Olshan Frome Wolosky sont très utiles, autant pour les actionnaires activistes, que pour les dirigeants des entreprises visés. Leurs recommandations à l’intention des activistes portent sur les cinq points ci-dessous.

 

– Il est temps de présenter des candidatures qui démontrent un souci marqué pour la diversité dans la composition du conseil d’administration. C’est l’un des plus importants critères des firmes de conseils en votation (ISS et Glass Lewis) et des investisseurs institutionnels.

– Lorsque les actionnaires activistes ciblent le CEO d’une organisation, ceux-ci sont invités à la prudence dans la présentation des arguments à l’actionnariat, car il est toujours délicat et difficile de s’attaquer à la tête dirigeante de l’entreprise.

– Les experts de la gouvernance et les groupes d’activistes ont essentiellement mis l’accent sur les opérations américaines. Cependant, au cours des dernières années, on assiste à un activisme de plus en plus international. Les auteurs incitent donc les actionnaires activistes à s’intéresser aux entreprises mondiales, en soulignant que le terrain est souvent plus propice à leurs activités dans certains pays, tels que la Corée du Sud, le Canada, etc. Certains mécanismes de défense légaux qui existent aux États-Unis sont absents des réglementations de plusieurs pays.

– Les auteurs mettent en garde les actionnaires activistes contre des propositions de candidatures considérées comme « illégitimes ». Il arrive que, dans la préparation de dossiers de candidatures de haut calibre, les activistes aient tendance à oublier la règle du maximum de cinq conseils pour un administrateur indépendant et de deux pour un CEO siégeant à d’autres conseils.

– Enfin, les auteurs soulignent le fait que les entreprises utilisent toutes sortes de moyens de défense pour éliminer les candidatures provenant des activistes. Pour eux, qui prêchent pour leurs paroisses, il est crucial de bien connaître les règlements intérieurs de l’entreprise ciblée ainsi que les mécanismes de nomination.

 

Bien entendu, la firme Olshan Frome Wolosky propose leurs services juridiques afin de maximiser les efforts des activistes !

J’espère que ce bref tour d’horizon du monde de l’actionnariat activiste vous sera utile dans la bonne gouvernance des entreprises dans lesquelles vous êtes impliqués.

Je vous souhaite donc une bonne lecture et j’attends vos commentaires.

 

Comment se comporter lors de campagnes menées par des actionnaires activistes | Cinq conseils utiles

À propos de Jacques Grisé

Jacques Grisé est professeur titulaire retraité (associé) au département de management de la Faculté des sciences de l’administration de l’Université Laval. Il est détenteur d’un Ph.D.de la Ivey Business School (University of Western Ontario), d’une Licence spécialisée en administration des entreprises (Université de Louvain en Belgique) et d’un B.Sc.Comm. (HEC, Montréal). En 1993, il a effectué des études post-doctorales à l’University of South Carolina, Columbia, S.C. dans le cadre du Faculty Development in International Business Program. Il était, jusqu'à tout récemment, directeur des programmes de formation en gouvernance du Collège des administrateurs de sociétés (CAS). Jacques est maintenant collaborateur spécial au CAS, consultant en gouvernance de sociétés, président de Musique de chambre à Sainte-Pétronille et président sortant de l'Ordre des administrateurs agréés du Québec (OAAQ).