Accueil / Europe / Croissance allemande : la Bundesbank révise nettement à la hausse ses prévisions

Croissance allemande : la Bundesbank révise nettement à la hausse ses prévisions

La banque centrale allemande table sur une croissance de 1,7% en 2015 contre une prévision initiale de 1%. En 2016, le PIB allemand pourrait croître de 1,8%, contre 1,6% visé précédemment.

La Bundesbank, la banque centrale allemande, a nettement relevé vendredi ses prévisions de croissance pour la première économie européenne en 2015 et 2016, prenant acte d’un redémarrage de l’activité plus rapide que prévu en début d’année.

Pour cette année, la « Buba » mise désormais sur une croissance du produit intérieur brut (PIB) de 1,7% contre 1% en décembre dernier, et de 1,8% l’an prochain contre 1,6% précédemment, selon un communiqué. L’institution monétaire a également publié une première prévision pour la croissance allemande en 2017, attendue à 1,5%.

Pour rappel, la Banque de France a publié, hier jeudi, ses prévisions pour la croissance du PIB français en 2015. D’après elle, la croissance devrait atteindre 1,2% soit un chiffre supérieur aux prévisions officielles du gouvernement (1%). En 2016, la Banque de France table sur une croissance de 1,8%, et 1,9% en 2017.

La Buba nettement plus optimiste

L’institution monétaire allemande se montre nettement plus optimiste qu’il y a six mois, lorsqu’elle s’était vu contrainte de tailler drastiquement dans ses prévisions de croissance pour tenir compte du coup de mou de l’économie en Allemagne durant l’été 2014. Depuis, l’activité dans le pays s’est redressée plus rapidement que prévu, note la banque centrale.

« Le marché intérieur profite d’une situation favorable sur le marché de l’emploi et d’une hausse robuste des revenus », souligne son président Jens Weidmann, cité dans le communiqué, confirmant une nouvelle fois que la demande intérieure est en train de ravir au commerce extérieur le rôle de moteur de l’activité en Allemagne.

Les anticipations d’inflation revues à la baisse

Mais, « même si l’activité extérieure est lestée par un ralentissement dû à l’économie mondiale, elle tire parti de l’affaiblissement de l’euro et de la poursuite du redressement économique en zone euro », ajoute M. Weidmann.

Les attentes d’inflation ont en revanche été révisées à la baisse pour cette année. La hausse des prix devrait s’établir à 0,5% en 2015 au lieu de 1,1% attendu en décembre. La prévision d’inflation pour 2016 a elle été maintenue à 1,8% et fixée à 2,2% pour 2017.

 

Cet article provient du média latribune.fr

À propos de Pierre Drapeau

Pierre Drapeau est le Président de la Fondation Chefs d'entreprises.