Accueil / Asie & Afrique / La Chine et l’Inde s’accordent pour 22 milliards de dollars

La Chine et l’Inde s’accordent pour 22 milliards de dollars

Les 21 accords signés samedi concernent notamment le secteur bancaire, celui des télécoms, de l’énergie solaire, de la sidérurgie, une centrale thermique, des infrastructures portuaires, le secteur cinématographique et une zone de développement industriel.

L’Inde et la Chine ont signé samedi à Shanghai 21 accords commerciaux et de coopération, représentant un montant total de 22 milliards de dollars, en présence du Premier ministre indien, Narendra Modi.

« Œuvrons ensemble dans notre intérêt commun. L’Inde est prête à faire des affaires (ici) », a déclaré M. Modi, qui effectue sa première visite officielle en Chine, en quête de financements pour améliorer les infrastructures de l’Inde.

70 milliards de dollars par an
Pékin est le plus important partenaire commercial de New Delhi. Le commerce annuel entre les deux pays les plus peuplés du monde totalise quelque 70 milliards de dollars, un montant qui cache un déficit commercial de plus de 38 milliards de dollars pour l’Inde.

Les accords signés samedi concernent notamment le secteur bancaire, celui des télécoms, de l’énergie solaire, de la sidérurgie, une centrale thermique, des infrastructures portuaires, le secteur cinématographique et une zone de développement industriel. Concrètement, il s’agit principalement de financements, par des banques chinoises, de projets en Inde.

Des liens historiques
« Je crois fermement que ce siècle appartient à l’Asie », a lancé le Premier ministre indien, soulignant les liens historiques qui unissent les deux pays qui se disputent le leadership du continent.

Mais, alors que la Chine est devenue la deuxième plus grande économie mondiale, l’Inde reste loin derrière, malgré les espoirs de réformes suscités par l’élection de M. Modi.

Arrivé jeudi en Chine, le Premier ministre indien a fait l’objet d’attentions remarquées, étant notamment accueilli par le président chinois Xi Jinping dans son berceau familial de la province du Shaanxi.

M. Modi a également été reçu en grande pompe par son homologue chinois Li Keqiang à Pékin, lors d’une cérémonie au Temple du Ciel.

Il a inauguré samedi un centre d’études indiennes et « gandhiennes » – en référence à l’ex-dirigeant indien Mahatma Gandhi – à la prestigieuse université de Fudan.

Des différends frontaliers
Le Premier ministre a été élu à une écrasante majorité l’an dernier, et s’est félicité vendredi du fait que l’Inde soit une démocratie, un avantage, selon lui. Mais lorsqu’un groupe d’étudiants indiens à Fudan a scandé son nom à son arrivé samedi, les gardes de la sécurité chinois se sont avancés, suspicieux, avant de battre en retraite.

Le dirigeant indien avait, avant de s’envoler vers la Chine, dit souhaiter un rapprochement économique entre les deux voisins, malgré les différends frontaliers qui continuent à les opposer.

 

 

Cet article provient du média latribune.fr

À propos de Pierre Drapeau

Pierre Drapeau est le Président de la Fondation Chefs d'entreprises.