Accueil / États-Unis / Les attentes à l’égard du rôle des administrateurs sont-elles irréalistes ?

Les attentes à l’égard du rôle des administrateurs sont-elles irréalistes ?

Harvard Business Review vient de publier un excellent commentaire sur les attentes irréalistes exercées sur les conseils d’administration par les actionnaires, les autorités réglementaires, les investisseurs institutionnels et le public en général.

L’article des professeurs* Steven Boivie, Michael Bednar et Joel Andrus identifie trois obstacles qui empêchent les administrateurs de jouer adéquatement leurs rôles.

(1) La plupart des administrateurs sont également impliqués dans plusieurs autres fonctions de direction ou d’administration dans d’autres organisations.

(2) Les administrateurs ne doivent pas se mêler directement des affaires de la direction des entreprises.

(3) La complexité des grandes entreprises est telle qu’il est impossible pour un groupe d’administrateurs se réunissant environ dix fois par année de bien jouer leur rôle de surveillance.

Les auteurs suggèrent trois moyens pour lever, un tant soit peu, les barrières qui restreignent l’efficacité des administrateurs dans l’exécution de leurs rôles et responsabilités.

Je vous invite à prendre connaissance des conclusions de leur étude publiée dans Academy of management Annals.

Bonne lecture !

Les attentes à l’égard du rôle des administrateurs sont-elles irréalistes ?

À propos de Jacques Grisé

Jacques Grisé est professeur titulaire retraité (associé) au département de management de la Faculté des sciences de l’administration de l’Université Laval. Il est détenteur d’un Ph.D.de la Ivey Business School (University of Western Ontario), d’une Licence spécialisée en administration des entreprises (Université de Louvain en Belgique) et d’un B.Sc.Comm. (HEC, Montréal). En 1993, il a effectué des études post-doctorales à l’University of South Carolina, Columbia, S.C. dans le cadre du Faculty Development in International Business Program. Il était, jusqu'à tout récemment, directeur des programmes de formation en gouvernance du Collège des administrateurs de sociétés (CAS). Jacques est maintenant collaborateur spécial au CAS, consultant en gouvernance de sociétés, président de Musique de chambre à Sainte-Pétronille et président sortant de l'Ordre des administrateurs agréés du Québec (OAAQ).