Accueil / Chroniques / Management et développement organisationnel / Vos préoccupations brouillent-elles votre lentille?

Vos préoccupations brouillent-elles votre lentille?

Vos préoccupations sont-elles plus lourdes que vos intentions? Les préoccupations sont normales jusqu’à un certain niveau et lorsqu’elles ne prévalent pas sur les intentions. En fait, les préoccupations peuvent nous faire perdre l’énergie nécessaire à l’atteinte des objectifs.

Il est facile pour un gestionnaire de développer un mode de fonctionnement réactif « pompier » et de perdre de vue l’essentiel et l’important. Courriels, textos, réunions et rythme effréné peuvent être des pièges qui font que le gestionnaire reste dans le quotidien. Donnons-nous les moyens d’élever notre jeu!

Il importe donc de connaître quelles sont nos intentions. Pour une semaine, un mois ou une année, le gestionnaire doit savoir ce qui l’habite et les efforts qu’il souhaite investir pour atteindre ces visées.

Plusieurs éléments de contexte peuvent contribuer aux préoccupations professionnelles : surcharge de travail, conflit de rôles, complexité, relations tendues, pression, délais, etc. Le gestionnaire doit savoir gérer ses propres préoccupations pour préserver son impact et aussi être en mesure de voir le niveau de préoccupations dans son équipe de travail. Le fait d’être très alerte et à l’écoute de son équipe permet d’identifier de façon préventive des problématiques qui pourraient dégénérer plus tard sans l’attention du leader.

Certaines personnes gèrent plus facilement le stress lié aux préoccupations et aux événements extérieurs. Il est intéressant de voir comment ces personnes arrivent à faire cela. La capacité à gérer ses préoccupations est une chose, mais cela n’assure pas le réflexe de prendre du recul. Ce réflexe est aussi important, puisqu’il permettra au gestionnaire de voir en avant.

La période estivale peut nous aider à prendre du recul pour faire le point sur nos réalisations et nos intentions pour la prochaine année. En effet, l’été pourrait au moins nous amener un sentiment de liberté favorable à l’idéation et à la réflexion. Vous permettrez-vous des moments libres de préoccupations professionnelles? Ces moments peuvent être si simples, mais trop peu fréquents.

Une autre façon de bien gérer ses préoccupations est de les replacer en fonction de ses priorités. Cette stratégie nous amène à relativiser et à diminuer l’ampleur perçue de nos soucis. Enfin, le gestionnaire peut aider ses collaborateurs à bien gérer leurs préoccupations professionnelles et surtout à les accompagner dans la définition de leurs intentions. C’est une bonne façon de faire grandir ses collaborateurs et de les propulser vers la réussite de leurs projets.

 

À propos de Catherine Privé

Présidente et chef de la direction de Alia Conseil et associée depuis plus de 20 ans, Catherine Privé est psychosociologue, spécialisée dans l’analyse et le développement des organisations. Fière d’être à la tête de Alia Conseil, qui est aujourd’hui une référence au Québec en développement organisationnel, Catherine Privé travaille continuellement à faire évoluer la firme vers des services novateurs en étant à l’affût des tendances et des meilleures pratiques dans ce milieu de plus en plus compétitif.